NormInfo

tutoriels

Publication

Énergie nucléaire - Test de durabilité chimique en mode Soxhlet - Application aux matrices vitrifiées des déchets radioactifs de haute activité

NF ISO 16797

Suivie par la Commission : Installations nucléaires, Procédés et Technologies Origine des travaux : Internationale
Votre contact : Michel MEDZADOURIAN Motif : Nouveau document

Résumé :

La présente Norme internationale décrit un test paramétrique en mode Soxhlet permettant d'évaluer la durabilité chimique d'un matériau en mesurant sa vitesse initiale d'altération en eau pure. La mesure est faite à la température d'ébullition de l'eau, ce qui a pour effet d'augmenter considérablement les vitesses de corrosion par rapport à celles observées à température ambiante. Dans la plupart des cas les phénomènes d'altération sont fortement accélérés. Le test est applicable aux matrices vitrifiées des déchets radioactifs de haute activité. Le test décrit dans la présente Norme internationale est un test qui permet de mesurer la vitesse initiale d'altération en eau pure. Il n'est applicable qu'aux seuls matériaux non poreux (de très faible porosité ou de porosité fermée) pour lesquels le mécanisme d'altération principal est un mécanisme de réaction de surface (dans le cas de matériaux poreux ce sont les mécanismes de diffusion qui prédominent). Afin d'éviter de sérieuses erreurs d'interprétation, il est nécessaire de ne comparer les résultats de ces tests qu'à partir de matériaux non poreux. Cette mesure que l'on appelle donc vitesse initiale d'altération en eau pure à température d'ébullition (à la pression atmosphérique), peut permettre de comparer des matériaux entre eux dans la mesure où ils appartiennent à une même famille (par exemple, matériaux oxydes) dont l'altération initiale est régie par un même mécanisme (par exemple réactions de surface). (...) Ce test est destiné à être appliqué à tout verre, vitrifiat (matériau issu de procédés de vitrification) ou matériaux oxydes non poreux, dont la morphologie permet l'obtention de monolithes de surface connue nécessaires à l'essai. Il permet d'obtenir la vitesse initiale d'altération du matériau en eau déionisée à la température d'ébullition de l'eau (environ 100 °C), par l'analyse des solutions et la mesure de la perte de masse de l'échantillon.

Voir plus Voir moins

Informations complémentaires :
  • Les normes sont élaborées par des commissions de normalisation, gérées par AFNOR et les Bureaux de normalisation des professions, qui rassemblent des représentants de toutes les parties intéressées (producteurs, utilisateurs, pouvoirs publics, associations, centres techniques, …).

    En vue d'améliorer la qualité de ces documents,un dispositif de retour d'expérience a été mis en place auprès des utilisateurs. L’information recueillie permettra en particulier d'apprécier la nécessité de modifier le document publié.

    Afin d'adapter au mieux son contenu à vos attentes, AFNOR vous invite à répondre à ce questionnaire.