NormInfo

tutoriels

Publication

Air des lieux de travail - Fraction alvéolaire de la silice cristalline par diffraction de rayons X - Partie 2 : méthode indirecte d’analyse

NF ISO 16258-2

Suivie par la Commission : Evaluation de l'exposition aux agents chimiques et biologiques sur le lieu de travail Origine des travaux : Internationale
    Motif : Nouvelle norme

Résumé :

1 La présente partie de l'ISO 16258 spécifie l'analyse par diffraction des rayons X de la fraction alvéolaire de silice cristalline (RCS) dans des prélèvements d'air collectés sur des substrats de collecte (c'est-à-dire filtres ou mousses), en utilisant une méthode d'analyse pour laquelle les poussières présentes sur le substrat de collecte (c'est-à-dire filtre ou mousse) sont récupérées, traitées puis redéposées sur un filtre avant analyse à l'aide d'un instrument de mesure. La présente partie de l'ISO 16258 contient des informations concernant les paramètres instrumentaux, la sensibilité de différents dispositifs de prélèvement, l'utilisation de différents filtres, le traitement des échantillons pour l'élimination des interférences et la correction des effets d'absorption. Dans la présente partie de l'ISO 16258, le terme " silice cristalline alvéolaire " englobe les polymorphes les plus courants du quartz et de la cristobalite. Les polymorphes les moins courants de la silice cristalline, tels que la tridymite, ne relèvent pas du domaine d'application de la présente partie de l'ISO 16258 car aucun matériau de référence normalisé n'est disponible. Dans certaines circonstances (à savoir faibles capacités de rétention des filtres, faible teneur en silice), l'approche analytique décrite dans la présente méthode peut ne pas satisfaire aux exigences relatives à l'incertitude élargie de l'EN 482 [ 7 ]. Des lignes directrices relatives au calcul de l'incertitude de mesure de la fraction alvéolaire de la silice cristalline sont données dans l'ISO 24095.

Voir plus Voir moins

Informations complémentaires :
  • Les normes sont élaborées par des commissions de normalisation, gérées par AFNOR et les Bureaux de normalisation des professions, qui rassemblent des représentants de toutes les parties intéressées (producteurs, utilisateurs, pouvoirs publics, associations, centres techniques, …).

    En vue d'améliorer la qualité de ces documents,un dispositif de retour d'expérience a été mis en place auprès des utilisateurs. L’information recueillie permettra en particulier d'apprécier la nécessité de modifier le document publié.

    Afin d'adapter au mieux son contenu à vos attentes, AFNOR vous invite à répondre à ce questionnaire.