NormInfo

tutoriels

Publication

Caoutchouc vulcanisé ou thermoplastique -Détermination de la résistance au déchirement - Partie 1 : éprouvettes pantalon, angulaire et croissant

NF ISO 34-1

Suivie par la Commission : Méthodes d'essais physiques Origine des travaux : Internationale
    Motif : Revision de norme

Résumé :

1 La présente partie de l'ISO 34 spécifie trois méthodes pour la détermination de la résistance au déchirement du caoutchouc vulcanisé ou thermoplastique, à savoir: - méthode A, utilisant une éprouvette pantalon; - méthode B, utilisant une éprouvette angulaire, avec ou sans entaille de profondeur spécifiée; - méthode C, utilisant une éprouvette croissant entaillée. La valeur de la résistance au déchirement obtenue dépend de la forme de l'éprouvette, de la vitesse d'étirement et de la température d'essai. Elle peut aussi être sensible au sens du grain du caoutchouc. Méthode A: Utilisant une éprouvette pantalon La méthode A, qui utilise l'éprouvette pantalon, est utilisée de préférence car elle n'est pas sensible à la longueur de l'entaille, à la différence des deux autres éprouvettes dans lesquelles l'entaille doit être très étroitement contrôlée. En outre, les résultats obtenus sont plus facilement reliés aux caractéristiques de déchirement fondamentales du matériau et sont moins sensibles aux effets du module (à condition que la déformation des jambes soit négligeable), et la vitesse de propagation de la déchirure est directement liée à la vitesse de séparation des mâchoires. Avec certains caoutchoucs, la propagation du déchirement n'est pas régulière (plan de propagation de la fissure non constant) et l'analyse des résultats peut être difficile.[ 3 ] Méthode B, mode opératoire (a): Utilisant une éprouvette angulaire sans entaille Cet essai est une combinaison d'initiation et de propagation de la déchirure. La contrainte localisée à la base de l'angle augmente jusqu'à ce qu'elle soit suffisante pour amorcer une déchirure qui se propage sous l'effet de sollicitations ultérieures. Cependant, comme il est seulement possible de mesurer la force globale nécessaire pour rompre l'éprouvette, la force ne peut pas être décomposée en deux composantes dont l'une produit l'initiation et l'autre la propagation.[ 4 ] Méthode B, mode opératoire (b): Utilisant une éprouvette angulaire entaillée Cet essai mesure la force nécessaire pour propager une entaille déjà pratiquée dans l'éprouvette. La vitesse de propagation n'est pas directement liée à la vitesse de séparation des mâchoires[ 5 ]. Méthode C: Utilisant une éprouvette croissant Cet essai mesure également la force nécessaire pour propager une entaille déjà pratiquée dans l'éprouvette et la vitesse de propagation n'est pas liée à la vitesse de séparation des mâchoires. NOTE Une méthode spécifique de détermination de la résistance au déchirement des petites éprouvettes de caoutchouc (éprouvettes de Delft) est spécifiée dans l'ISO 34-2.[ 1 ]

Voir plus Voir moins

Informations complémentaires :
  • Les normes sont élaborées par des commissions de normalisation, gérées par AFNOR et les Bureaux de normalisation des professions, qui rassemblent des représentants de toutes les parties intéressées (producteurs, utilisateurs, pouvoirs publics, associations, centres techniques, …).

    En vue d'améliorer la qualité de ces documents,un dispositif de retour d'expérience a été mis en place auprès des utilisateurs. L’information recueillie permettra en particulier d'apprécier la nécessité de modifier le document publié.

    Afin d'adapter au mieux son contenu à vos attentes, AFNOR vous invite à répondre à ce questionnaire.