NormInfo

tutoriels

Publication

Air ambiant - Surveillance des effets d'organismes génétiquement modifiés (OGM) - Surveillance du pollen - Partie 2 : échantillonnage biologique du pollen à l'aide de colonies d'abeilles

XP CEN/TS 16817-2

Suivie par la Commission : Qualité de l'air - atmosphères ambiantes Origine des travaux : Européenne
    Motif : Nouveau document

Résumé :

La présente Spécification technique décrit un mode opératoire avec lequel le pollen, en particulier le pollen d'organismes génétiquement modifiés (OGM), peut être échantillonné à l'aide de colonies d'abeilles. Les colonies d'abeilles, notamment les abeilles butineuses, se déplacent activement sur une zone et sont donc des échantillonneurs de zone. L'échantillonnage du pollen dépend de l'activité de récolte des abeilles et de la disponibilité des sources de pollen dans la zone spatiale selon les préférences des abeilles (abondance des plantes mellifères). Une colonie d'abeilles butine normalement sur une zone de 5 km de rayon (médiane de 1,6 km, moyenne de 2,2 km), dans de rares cas certaines abeilles peuvent également butiner à des distances supérieures à 10 km et plus [26]. Les butineuses fixent le pollen récolté sur la partie extérieure de leurs pattes arrières (charges de pollen, également appelées pelotes de pollen). Une fois dans la ruche, elles placent ces charges de pollen dans les alvéoles qui entourent le nid à couvain (pain d'abeille). Par ailleurs, les butineuses récoltent le nectar et le miellat. Le nectar contient du pollen tombé des anthères de la fleur dans la goutte de nectar, ou du pollen qui a été dispersé par le vent et se colle au nectar d'autres fleurs ou adhère au miellat collant de plantes. Le nectar et le miellat sont transformés en miel et stockés par les abeilles dans la ruche. Le miel, la charge de pollen et le pain d'abeille peuvent être utilisés comme matrices d'échantillons pour l'analyse ultérieure du pollen car il est possible de concentrer des quantités suffisantes de pollen pour les diagnostics microscopiques et par biologie moléculaire. L'analyse microscopique est utilisée pour identifier les différents types de pollen et pour quantifier l'exposition aux types de pollen cibles étudiés. L'analyse de l'exposition aux OGM utilise des méthodes par biologie moléculaire. Pour l'analyse de l'ADN du pollen, des méthodes de PCR quantitative sont utilisées et décrites dans la présente Spécification technique. Il est également possible d'analyser les protéines et les toxines spécifiques des OGM dans le pollen à l'aide de la méthode ELISA. Toutefois, la méthode n'a pas encore été suffisamment évaluée dans les matrices de pollen pour être normalisée dans la présente Spécification technique.

Voir plus Voir moins

Informations complémentaires :
  • Les normes sont élaborées par des commissions de normalisation, gérées par AFNOR et les Bureaux de normalisation des professions, qui rassemblent des représentants de toutes les parties intéressées (producteurs, utilisateurs, pouvoirs publics, associations, centres techniques, …).

    En vue d'améliorer la qualité de ces documents,un dispositif de retour d'expérience a été mis en place auprès des utilisateurs. L’information recueillie permettra en particulier d'apprécier la nécessité de modifier le document publié.

    Afin d'adapter au mieux son contenu à vos attentes, AFNOR vous invite à répondre à ce questionnaire.