NormInfo

tutoriels

BIENVENUE !

Les normes de demain se préparent aujourd’hui.
Et certainement pas sans vous !

TOUTES NOS ACTIVITÉS DE NORMALISATION PAR SECTEUR D'ACTIVITÉS

VOUS AUSSI, PARTICIPEZ !

Écartement des rails, format d'une carte de crédit, composition des liquides de cigarettes électroniques... Invisible mais omniprésente, la norme volontaire est un gage de qualité, de sécurité, d'universalité et de performance, au bénéfice de chacun.

Elle fixe les standards en matière de qualité, de sécurité ou de performance pour tous les produits, les services ou les pratiques qui nous entourent. Ce langage commun se joue des frontières géographiques, de manière à empêcher les incompatibilités -entre pays, entre entreprises, entre clients et fournisseurs - et faciliter l'évolutivité. Les normes volontaires proposent un cadre de référence d'autant plus légitime que c'est vous, fabricants ou utilisateurs de produits et services, qui les élaborez.

Gain de temps, optimisation des process, rationalisation des coûts, sécurisation de vos marchés... Vous avez tout à gagner à fixer les caractéristiques de vos produits, de vos services et de vos procédés en vous associant à une démarche de normalisation.

 

Vous êtes une entreprise ?  La normalisation vous ouvre les portes d'un marché où tout le monde parle la même langue.

Vous êtes un consommateur ? La normalisation améliore la confiance à accorder aux produits et aux services.

Vous êtes un collaborateur au sein d'une société ? La normalisation améliore vos conditions de travail et de sécurité.

Vous êtes une collectivité locale ? La normalisation sécurise vos marchés publics et vos achats.

 

Pour en savoir plus sur la normalisation


La norme volontaire

 


S'impliquer en normalisation : un coup d'avance !

 

« J'ai adoré cette exigence de précision »


 

Nous travaillons pour écrire la seule norme qui portera sur le mode de production et de stockage à la ferme des céréales à paille et du maïs (...). Nous cherchons à définir un ensemble de bonnes pratiques volontaires afin de dépasser le strict cadre de la réglementation. Le but est de valoriser le travail des agriculteurs économiquement, mais aussi leur image, car ce sont eux qui sont à l'origine des Chartes de production. » (Un représentant d'Arvalis-Institut du Végétal)   Il y a une vraie prise de conscience de mon entreprise vis-à-vis de la normalisation. La participation active dans une commission de normalisation est un gage de référence. Par ailleurs, cela permet d'informer son entreprise des discussions et évolutions à venir. Ma contribution à la normalisation m'a beaucoup apporté dans ma carrière professionnelle. » (Un représentant d'EDF)

 

 


 

Pourquoi contribuer à élaborer une norme volontaire ?

 

« S'assurer qu'un texte ne reste pas que des mots »


 

« Pour réussir une vraie démarche qualité et tenir dans la durée, il est essentiel pour une toute petite entreprise d'avoir des contacts avec l'extérieur, pour prendre du recul sur ses propres pratiques, échanger et s'ouvrir sur d'autres horizons ; dans ce cadre, j'ai la chance de participer à la plateforme d'échanges régionale d'Ile-de-France sur le management de la qualité et de la performance, animée par AFNOR Normalisation. » (Un représentant du Groupement d'architecture Rol et Jienarol)                         « Dans le secteur de la santé, les normes peuvent mettre les professionnels à l'abri de résultats non précis ou non pertinents. La méthode doit être spécifique à ce que l'on désire mesurer. La norme est ainsi un outil d'amélioration et d'innovation.»  (Un représentant de l'université de Montpellier)

 


 

La norme, un outil de choix pour les pôles de compétitivité !

 

« Un outil de valorisation de l'innovation »

                   « Pour une PME, la normalisation peut impressionner (...).C'est une opportunité de participer à l'élaboration de documents qui leur seront utiles pour déployer des processus en interne. » (Un représentant de la PME Mutuelle UMC)   

 


 

Les pros de la e-cigarette normalisent leur marché, et vous ?

 

« E-cigarette : mettre les acteurs de toute taille autour de la table »